Atelier d’architecture Pierre Monseu

 

 

Sorti de l’Institut Supérieur Saint Luc à Liège en 1982, Pierre Monseu se lance directement dans une carrière d’architecte indépendant. Collaborateur durant deux ans du Groupe Ause, dirigé par Eugène Moureau et Philippe Coyette, il est un des lauréats du concours A future for the past, patronné par le Conseil de l’Europe de Strasbourg. En 2000, la construction de nouveaux bureaux à Huy coïncide avec la création de son propre atelier, une occasion pour l’architecte de mettre à profit son expérience de terrain et ses connaissances techniques.

 

Depuis sa création, l’Atelier d’architecture Pierre Monseu compte quelques réalisations qui méritent un temps d’arrêt. Résolument contemporaines et toutes uniques, elles reposent sur une même approche qui a établi, au fil du temps, la marque de fabrique du bureau. Les projets voient le jour après une réflexion en profondeur sur les questions d’intégration au paysage, d’économie d’énergie et de respect de l’environnement. La pureté des lignes et la sobriété des volumes, qui caractérisent l’ensemble de la production, trouve son origine dans la volonté de créer de beaux espaces, lumineux et agréables à vivre. Mais si l’esthétique est une donnée essentielle, elle n’en demeure pas moins subordonnée à un concept constructif défini par une étude de terrain et l’envie de travailler avec des matériaux, choisis pour leur qualité ou leur intérêt économique. En se faisant les interprètes des désirs de leurs clients, l’atelier se donne aussi la mission de les conseiller et de leur faire des propositions sur mesure. La qualité des réalisations s’explique par ailleurs par un investissement important dans le suivi de la mise en oeuvre. Les architectes participent activement à la sélection des entreprises qui prennent part au chantier et qui vont exécuter le projet avec soin et souci du détail. Enfin la satisfaction du bureau est atteinte quand les clients s’approprient leur nouveau lieu et qu’ils s’y sentent bien.

Outre l’approche purement architecturale des bâtiments, l’atelier d’architecture Pierre Monseu se voit de plus en plus souvent confier la création du mobilier des projets qu’il signe. Deux événements leur ont déjà permis d’exposer leur travail en la matière : 
l’exposition Couleur, design 2006 à Liège et la 5ème édition de Mobiliers au Centre wallon d’art contemporain, plus connu sous le nom La Châtaigneraie.

 

Entretien avec Stephan Debusschere « Aller à l’essentiel »

 

Au pays de l’oncle Sam, on a pour habitude de dire qu’il y a deux choses importantes dans l’architecture : la situation et la situation. Si cette formule paraît simpliste de prime abord, elle exprime une vérité, car c’est de cette situation que découle tout le reste. Toute situation étant particulière, celle-ci donne automatiquement une orientation bioclimatique qui mène une réflexion basée sur le bon sens. Je n’ai pas attendu la vague du développement durable pour développer dès le début de mon activité une approche très précise par rapport à cela, une attitude en relation intime avec l’environnement direct du projet. Et je ne parle pas que de l’observation de la course du soleil pour exploiter ce que j’appelle « les calories gratuites » et déterminer les ouvertures et les occultations. Un terrain en pente me fera aussi réfléchir sur la manière de protéger le bâtiment des vents dominants et de l’encastrer de manière à générer des économies d’énergie sans modifier le relief du sol pour ne pas créer d’énergie grise. De l’implantation naîtra aussi la volumétrie, de manière évidente.
Sur base de mon observation, de mon intuition et à présent de mon expérience, chaque projet fait l’objet préalable d’une analyse sur ces questions d’intégration au paysage, d’économie d’énergie et de respect de l’environnement.
La pureté des lignes et la sobriété des volumes, qui caractérisent l’ensemble des projets réalisés, trouve son origine dans la volonté de créer des espaces qui sont à la fois beaux, lumineux et agréables à vivre. Je n’aime pas ce qui est ostentatoire ou superflu. L’esthétique est bien sûr une donnée essentielle – mon souhait n’est certes pas de faire des « machines à habiter » – mais elle n’en demeure pas moins subordonnée à un concept constructif défini par une étude de terrain et l’envie de travailler avec des matériaux choisis pour leur qualité, leur intérêt économique et écologique. Ces différents vecteurs sont intégrés rapidement dans le processus de conception.
Mon architecture se veut lisible, logique, en lien avec l’éventuelle architecture environnante, et sans concession sur cette volonté qui est la mienne de simplifier, d’aller à l’essentiel. Il me faut pour cela trouver la bonne séquence qui établira la cohérence du projet, le fil conducteur d’une homogénéité qui devra prendre place jusque dans les moindre détails en tenant compte des réalités techniques et des moyens financiers.
En me faisant l’interprète des souhaits de mes clients, je me donne aussi la mission de les conseiller et de leur faire des propositions sur mesure. Outre l’approche purement architecturale des bâtiments, je me vois de plus en plus souvent confier la création du mobilier des projets que je signe seul ou en association avec des collaborateurs architectes.
La qualité des réalisations s’explique aussi par un investissement important dans le suivi de la mise en œuvre. Je participe activement à la sélection des entreprises qui prennent part au chantier et qui vont exécuter le projet avec soin et souci du détail. Et ma satisfaction est atteinte quand les clients s’approprient leur nouveau lieu et qu’ils puissent s’y épanouir.
 
Une maison, un jardin, une famille.
 
 
 
Photos: Laurie Renard et Pierre Monseu

 

 

Adresse

PMAA atelier d’architecture Pierre Monseu
Rue d’Italie, 57 b

4500 Huy

info@pmaa.be

085 / 234089